MIV

La maturation in vitro (MIV)

Il peut arriver que chez certaines patientes la stimulation des ovaires, telle qu’effectuée normalement pour une fécondation in vitro, soit difficile voire dangereuse en raison du risque d’obtenir une réponse trop importante et non contrôlée (hyperstimulation non contrôlée – HSO).
C’est le cas en particulier chez des patientes présentant des ovaires de type micropolykystiques (OMPK). Ces ovaires ont la particularité de présenter un grand nombre de petits follicules, de moins de 10 mm en échographie, qui se sont accumulés au cours de plusieurs vagues de croissances folliculaires n’ayant pas abouti à une ovulation.
Ces patientes présentent régulièrement un espacement des menstruations (spanioménorrhée) voire une absence totale de règles, ainsi que des perturbations hormonales telles qu’un excès d’hormones mâles.

Pour ce type d’infertilité, le médecin du CPMA peut être amené à vous proposer un schéma de stimulation particulier permettant la ponction des follicules alors que ceux-ci sont encore peu développés (5-10 mm), et une maturation in vitro (MIV) des ovocytes obtenus, c’est-à-dire en culture au laboratoire.

Physiologiquement et lors de traitements de fécondation in vitro classiques, cette maturation s’effectue naturellement lors de la croissance du follicule jusqu’à sa taille préovulatoire (17-18 mm).
Le fait de prélever les ovocytes avant que le follicule n’atteigne cette taille et d’effectuer la maturation en culture permet de très fortement diminuer la stimulation des ovaires et donc d’éviter une réponse excessive de ces derniers.
Après 28 heures de culture, les ovocytes qui ont mûri sont pris en charge comme dans n’importe quel traitement de fécondation in vitro avec ICSI.

Si cette technique donne des résultats de grossesse moins bons que l’ICSI classique (environ deux fois moins), elle permet d’obtenir des ovocytes et des embryons chez des patientes chez qui aucune stimulation des ovaires et donc aucun traitement classique n’est possible sans risques de complications graves.
En outre la ponction des petits follicules qui se sont accumulés dans les ovaires permet parfois de rétablir temporairement une fonction ovarienne normale et même des cycles normaux (les menstruations réapparaissent de manière plus régulière). C’est ce qu’on appelle l’effet « ovarian drilling  » de la MIV