Bien comprendre nos étapes

Un traitement de fécondité <em>in vitro</em> produit souvent plus d'embryons qu'on ne peut en replacer simultanément dans l'utérus : 70% des récoltes ovocytaires produises des embryons surnuméraires. Ces embryons, conservés par congélation dans l'azote liquide à -196 C, représentent des chances supplémentaires de grosses.
  1. Rapports sexuels dirigés

    Les rapports sexuels dirigés (RSD) constituent le premier type de traitement envisagé lors d’infertilité, si les conditions suivantes sont remplies:

    • Trompes perméables
    • Ovulation présente
    • Durée d’infertilité de moins de 2 ans
    • Âge de la partenaire inférieur à 35 ans
    En savoir plus
  2. L'insémination

    Parfois, l’homme produit trop peu de spermatozoïdes mobiles de qualité pour pouvoir féconder sa partenaire de manière naturelle. Il se peut aussi que le col de l’utérus de la femme soit une barrière insurmontable pour les spermatozoïdes. Et il arrive enfin qu’un couple ne parvienne pas à avoir d’enfant sans raison précise. Dans ce cas, l’insémination intra-utérine (aussi appelé insémination artificielle) avec le sperme du partenaire (IAC) ou d’un donneur (IAD) peut éventuellement résoudre le problème.

    En savoir plus
  3. La fécondation in vitro

    La fécondation in vitro consiste à recueillir un maximum d’ovocytes à maturité et à les mettre en présence d’un grand nombre de spermatozoïdes mobiles. Ainsi, la fécondation pourra se produire en laboratoire avec une plus grande probabilité que dans l’organisme féminin.

    En savoir plus
  4. La gestation pour autrui

    La fécondation in vitro consiste à recueillir un maximum d’ovocytes à maturité et à les mettre en présence d’un grand nombre de spermatozoïdes mobiles. Ainsi, la fécondation pourra se produire en laboratoire avec une plus grande probabilité que dans l’organisme féminin.

    En savoir plus
  5. La conservation de la fertilité

    Ici, texte sur la congélation de sperme et d’ovocytes, dans le cadre d’une FIV ou en préventif, dans le cadre d’une radiothérapie ou autre intervention lourde…

    En savoir plus
Donner la vie, la partager aussi...

Les dons

Toutes les personnes qui font appel à une assistance médicale pour donner naissance à un enfant ont au moins un trait commun: elles désirent de tout cœur avoir un (autre) enfant.

Mais, pour certaines d’entre elles, ce désir ne peut être exaucé qu’à la condition de disposer de sperme, d’ovocytes ou d’embryons d’autrui.

Le Centre de Procréation Médicalement Assisté du CHU de Liège a dès lors développé une cellule consacrée aux dons :

  • Don de sperme
  • Don d’ovocytes
  • Don d’embryons